Archives de l’auteur : Dominique Dupagne

Faut-il remettre en cause la vaccination ?

Les débats concernant les vaccins sont très animés. Bizarrement, beaucoup s’obstinent à parler de LA vaccination, comme si le concept ne pouvait être accepté ou refusé qu’en bloc. Il semble pourtant que comme pour les autres médicaments, il soit possible de débattre individuellement de chaque vaccin.

Marisol Touraine, connue désormais pour son double langage à propos de la démocratie sanitaire, parle régulièrement de concertation sur ce grand sujet médical. Cette concertation se réduit malheureusement à un discours à sens unique, alimenté par des rapports peu objectifs. Et vous, qu’en pensez vous ?

Parmi ces vaccins, cochez ceux qui vous paraissent indispensables pour la totalité de la population (et non des professions ou pratiques à risque)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ?

Le Conseil national de l’Ordre des médecins publie ce 26 janvier le résultat de sa Grande Consultation lancée depuis la rentrée auprès de la profession médicale et des institutions sanitaires.

Il aura fallu un mois au CNOM pour digérer l’information issue des rencontres physiques et traiter les 35 000 réponses au questionnaire détaillé qui avait été proposé en ligne à tous les médecins français.

Le résultat de cette analyse est contenu dans un livre blanc de 56 pages qui mérite d’être lu par toute personne qui s’interroge sur l’avenir de notre système de santé.

L’analyse et les recommandations du CNOM sont résumées sous formes de propositions, scindées en trois axes prioritaires :

1ere PRIORITE : Simplifier l’organisation territoriale des soins avec une gouvernance partagée entre acteurs et usagers

  • PROPOSITION N° 1 : Mettre en place un échelon territorial unique pour améliorer la coordination des soins
  • PROPOSITION N° 2 : Instaurer la démocratie sanitaire à tous les niveaux territoriaux
  • PROPOSITION N° 3 : Créer un portail d’information unique entre acteurs de santé et usagers au niveau de chaque bassin de proximité santé

2eme PRIORITE : Alléger et décloisonner l’exercice professionnel des médecins

  • PROPOSITION N° 4 : Redonner du temps médical aux médecins
  • PROPOSITION N° 5 : Mettre en place un système social protecteur et un mode de rémunération valorisant pour tous
  • PROPOSITION N°6 : Promouvoir et faciliter les coopérations inter et intra-professionnelles
  • PROPOSITION N° 7 : Simplifier les relations avec les organismes gestionnaires

3eme PRIORITE : Ouvrir et professionnaliser la formation des médecins

  • PROPOSITION N° 8 : Réformer le numerus clausus et la PACES pour une meilleure adaptation aux besoins des territoires
  • PROPOSITION N° 9 : Régionaliser la formation initiale et renforcer la professionnalisation du deuxième cycle à l’internat
  • PROPOSITION N° 10 : Renforcer la formation continue par la recertification

Je vous propose de cocher les propositions qui vous paraissent, à vous, prioritaires. N’hésitez pas à commenter vos choix pour faire avancer le débat.

Quelles sont les propositions du CNOM qui vous paraissent prioritaires ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

 

Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?

La rédaction de certificats de non contre-indication à la pratique sportive surcharge beaucoup les médecins en début d’année scolaire. Un tel certificat est actuellement légalement obligatoire pour tous les licenciés sportifs, pétanque comprise. Il existe un flou sur la nécessité de le renouveler tous les ans, flou qui se traduit en pratique dans les clubs  par « à refaire tous les ans ».

Cette obligation paraît souvent absurde. Dans d’autres pays, on demande simplement au sportif de certifier lui-même qu’il a fait le point avec son médecin sur son aptitude au sport pratiqué.

Il a été question récemment d’augmenter la durée de validité du certificat médical au delà d’un an. Certains médecins s’en sont réjouis, d’autres ont mis en avant l’intérêt de cette obligation pour réaliser des examens de dépistage chez des hommes jeunes qui consultent rarement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Faut-il alléger les exigences de certificats médicaux pour les sportifs ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?

Il existe actuellement une discrimination tarifaire entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes, puisque le tarif conventionnel de la consultation est de 23€ pour les uns et de 25€ pour les autres. La médecine générale étant devenue une spécialité médicale à part entière, avec une formation spécifique en 3e cycle, de nombreux syndicats appellent les médecins généralistes à facturer leur consultation 25€.

Mais ce débat pose la question plus générale du tarif conventionnel toutes spécialités confondues. Les comparaisons européennes sont quasiment impossibles tant les systèmes sont différents. L’offre de soins gratuits en tiers payant y est souvent associée à une offre privée très onéreuse.

Les deux éléments de comparaison français sont le coût d’une consultation en médecine du travail et celle en dispensaire. Ils sont respectivement de 70€ et 50€. Dans le premier cas c’est l’employeur qui est facturé, dans le deuxième, la collectivité finance le différentiel entre les 23 ou 25€ perçu ou payés par le patient, et le coût réel deux fois plus élevé.

Ce débat est très dépendant de la prestation offerte pour ce montant ? Doit-il être le même pour la consultation de soutien psychologique de 40 mn et pour le renouvellement mensuel de somnifère en 3 minutes ?

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Quel est le tarif juste pour une consultation médicale ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

Faut-il supprimer mutuelles et assurances complémentaires ?

La question peut paraître saugrenue, mais elle se pose réellement.

Le système de santé français se caractérise par une complexité assurantielle unique au monde qui fait coexister un assureur santé obligatoire quasiment unique, et une myriade de mutuelles et d’assurances complémentaires. L’historique est particulièrement intéressant :

  • A partir de 1946 : généralisation de la sécurité sociale et des prélèvements obligatoires pour la financer. Les soins médicaux et médicaments sont remboursés à 80% (taux en baisse régulière). Les 20% restant constituent le Ticket Modérateur, destiné à lutter contre l’abus de consommation de soins.
  • Pour faciliter l’accès aux soins, le Ticket Modérateur est pris en charge par les mutuelles et assurances complémentaires puis création de l’ALD et de la CMU-C, aboutissant à une gratuité de fait des soins courants pour une majorité de la population.
  • Face au risque d’abus de consommation de soins lié à cette gratuité, introduction du forfait hospitalier de 18€, étendu à certains actes techniques, et surtout des franchises sur chaque acte et médicament délivré.
  • Pour faciliter l’accès aux soins, instauration du Tiers-Payant Généralisé (TPG) dispensant les patients de l’avance de frais.

En pratique, l’intérêt de ces mesures successives destinées alternativement à limiter ou encourager les soins ne paraît pas évident. Certains proposent de faire passer le remboursement par l’Assurance maladie à 100% du tarif conventionnel pour tous y compris lunettes et prothèses dentaires, de supprimer les franchises et fortaits,  et de ne garder les complémentaires que pour les dépassements d’honoraires, voire d’interdire ce type d’assurance afin de responsabiliser patients et médecins face à aux dépassements.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Faut-il supprimer les mutuelles et assurances complémentaires ?

Loading ... Loading ...

 

Faut-il déléguer certains soins médicaux à des personnels spécialisés ?

Il est régulièrement question de soulager les médecins débordés en déléguant certaines tâches de routine à des personnels spécialisés. La question est de savoir s’il est nécessaire de faire neuf ans d’études pour suivre un diabète ou une hypertension, ou pour faire une examen de la vue dans l’optique de réaliser des lunettes correctrices.

Cette délégation de tâche, très répandue dans certains pays et notamment aux USA, suscite le plus souvent des réactions négatives en France.  Le principal argument invoqué est le risque pour un technicien spécialisé de « passer à côté » d’une pathologie associée ne faisant pas partie du périmètre de sa formation.

Déléguer des tâches médicales pour soulager les médecins : bonne ou mauvaise idée ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

Pourquoi êtes-vous favorable au Tiers Payant Généralisé ?

Bien qu’il suscite une vive opposition chez beaucoup de médecins, notamment libéraux, le TPG possède des adeptes. Ce thème est destiné à identifier les éléments qui rendent le TPG intéressant pour les médecins généralistes qui y sont favorables. Si c’est votre cas, choisissez la ou les raisons de votre intérêt pour le TPG. 

Pourquoi êtes-vous favorable au principe du Tiers Payant Généralisé ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Pourquoi êtes-vous opposé au Tiers Payant Généralisé ?

Ce thème est destiné aux médecins qui sont opposés au Tiers Payant Généralisé (TPG) c’est-à-dire à l’obligation faite aux médecins de ne pas demander d’honoraires à leur patient, mais directement à l’Assurance-maladie et aux assurances complémentaires. 

Pourquoi êtes vous opposé au principe du Tiers Payant Généralisé ? (plusieusr réponses possibles)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Le tiers payant optionnel

On parle beaucoup de tiers payant généralisé, c’est à dire obligatoire pour tous. Mais quid du tiers payant optionnel, qui permettrait au médecin de proposer le tiers payant quand il le souhaite ? C’est le cas pour les pharmacies, sachant néanmoins que la concurrence commerciale aboutit à une quasi obligation face au risque de perte de clientèle.

Sur le principe : 

Accepteriez-vous le principe du Tiers Payant Volontaire, laissé à la discrétion du médecin ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

Faut-il obliger les jeunes médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?

Des cantons entiers se vident de leurs médecins. Le phénomène est en pleine accélération et les déserts médicaux s’étendent dangereusement. Que faire ? Les incitations ne marchent pas vraiment. Faut-il employer la manière forte et refuser le conventionnement aux médecins qui créent un cabinet en zone non prioritaire ? Faut-il étendre ce refus à ceux qui reprennent un cabinet existant ? N’existe-t-il pas un risque de détourner encore plus les médecins de l’exercice libéral ? 

Faut-il réserver les autorisations d'installation aux zones sous-dotées en médecins ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...