J’ai parcouru, pas totalement en détail j’avoue, le livre blanc …

Comment on Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ? by Bertrand B..

J’ai parcouru, pas totalement en détail j’avoue, le livre blanc du CNOM. Comme à mon habitude, je me suis penché davantage sur les sujets de formation initiale et un peu moins sur le reste. Commençons par cela.

Sur la P8 : hérésie. La position associative (ANEMF, ISNI and co.) a tout dit là-dessus. J’ai commencé mes études il y a 20 ans maintenant. Je reste intimement persuadé que personne n’est apte à juger des potentialités que pourra développer un lycéen moyen à la fac quand il aura trouvé son sujet de prédilection. Surtout pas un prof de lycée, encore moins un conseiller d’orientation. Excusez moi, mais la plupart de ces gens là n’ont rien fait de leur vie, ne sont pas passés par des concours de folie. Ils ne savent pas de quoi ils parlent … Quant à un jugement par la profession, je me souviendrais toute ma vie de la première question du premier chef de service qu’étudiant j’ai croisé à l’hôpital : « que font vos parents ? ». Je ne me ferais même pas confiance à moi même pour me dire que je peux avoir des critères sélectifs irréprochables … alors pour les autres confrères …

Sur la P9 : J’accuse ouvertement le lobby généraliste d’avoir transformé la fac de médecine en boite à concours ! L’introduction des ECN est une CATASTROPHE intellectuelle, psychologique, pédagogique. Ce qui intéresse les étudiants, ce n’est plus la connaissance, c’est ce p*** de concours et ce qui intéresse les facs, c’est d’avoir la plus grosse (on en est là, il faut juste afficher le meilleur taux de placement de ses étudiants). Tout ça pour que ce bon lobby généraliste se satisfasse d’une égalité théorique avec les autres et puisse se dire universitaire. Bref, tout ce qui pourra casser cette mécanique sera la bienvenue. Il ne devrait plus n’y avoir qu’une compétition relative en post PACES (versus une compétition absolue actuellement) pour que la fac redevienne ce qu’elle doit être, pour que la formation clinique ne passe plus au second plan.

Sur le reste : le CNOM ne me semble pas réinventer grand-chose. On cherche à faire rentrer dans le moule des ajustements alors que, comme pour beaucoup de choses dans ce pays qui s’éteint, il faudrait TOUT casser et TOUT remettre à plat.
Il est vrai qu’il est peut-être inutile de faire des plans sur la comète cependant puisqu’il est probable qu’aucun homme politique n’aura le courage de faire quelque chose avant la prochaine révolution.
Nous devons pouvoir exercer notre profession dans des conditions normales, comme les autres professions libérales. Nous devons pouvoir être chefs d’entreprise, employeurs. Nous devons pouvoir voir un patient toutes les 20min, payer tout ce petit monde et avoir des revenus au moins équivalents à ceux d’un PH de même ancienneté pour un volume d’heure identique. Nous en sommes TRÈS TRÈS loin. Cette rentabilité n’est pas à 23€, ni même à 25€. Elle est plutôt à 45/50€ les 20 minutes.
Il y a 25 ans je visitais la Roumanie profonde avec mes parents. J’étais frappé de voir les médecins fonctionnaires sous-payés par un état les obligeant à se faire rémunérer en nature pour survivre ou à élever des cochons et compter sur le potager. Nous n’en sommes pas là. Mais où commence l’inacceptable ? Quand le surmenage organisé devient-il de la maltraitance ?

Et puis nous devons pouvoir être multi carte : nous devons avoir accès à la formation professionnelle. Pour le moment la seule perspective d’un médecin est de voir pendant 40 ans d’exercice les mêmes 4 murs. Aujourd’hui, soyons clairs : si 80% des jeunes médecins que je connais, généralistes en particulier, savaient faire autre chose que de la médecine, ils le feraient ! Soyons plus clairs encore : le jeune généraliste se fait chier. Faire de l’abatage le fait chier. Il n’a aucun horizon. La médecine générale de campagne, ce n’est ni plus ni moins que du travail à la chaine, intellectuel certes, sous pression multiple : patients, administratifs. Vous ne trouverez pas grand monde pour vous l’avouer en ces termes. Et toute la génération précédente qui n’a vécu que par et pour son métier s’offusquera de tels propos … Bel aveuglement par idéalisme dont on se demande jusqu’où il les poussera : certains sont déjà dans la tombe. La surpression sous couvert de métier passionnant empêche quotidiennement certains de voir leur premier jour de retraite.
Bref, il faut être clair : le problème c’est que le libéral a actuellement les fesses entre deux sièges : ni libéral par ses honoraires imposés souvent indécents, ni fonctionnaire alors qu’il fait de plus en plus un travail de paperasse pour le compte des tiers. On fera ce qu’on voudra, on amendera les choses comme on voudra, mais on ne peut s’épanouir dans un tel système paradoxal.
Je le disais, il faut TOUT casser dans notre domaine. Je crois même que c’est bien l’un des rares domaines où la jeune génération voudrait voir tout réinventer sans rien garder ! Mais il est probable que TOUT casse dans ce pays avant que quelqu’un n’ait eu le courage de le faire voir même de l’évoquer !

Bertrand B. Also Commented

Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ?
Je précise que je suis moi même médecin généraliste … certains points ne sont donc pas des attaques venant de l’extérieur contre ce groupe auquel j’appartiens !