Bonjour Aurélie, C’est une erreur grossière trop souvent faite, à mon …

Comment on 25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ? by Jean-François GRANGER.

Bonjour Aurélie,

C’est une erreur grossière trop souvent faite, à mon avis, de croire que le paiement à l’acte induirait une médecine de mauvaise qualité parce que les médecins privilégieraient la quantité à la qualité. D’abord parce que la majorité des confrères(sœurs) sont motivé(e)s pour bien faire leur travail (on trouve toujours des brebis galeuses dans toutes les professions), et parce que les patients quitteraient bien vite un médecin qui ne ferait que de l’abattage sans se soucier convenablement de leurs problèmes.
Par ailleurs toutes les consultations ne nécessitent pas un temps très long, ou ne sont pas forcément très complexes, et dans ce cas le paiement à l’acte semble bien adapté. Rien n’empêche de panacher les modes de rémunération (une majorité de revenu sous forme de paiement à l’acte, et une part significative de forfait).
En outre vous sous-estimez l’effet pervers du salariat qui incite à moins s’impliquer puisque quelque soit le nombre de patients vus, quelque soit l’implication, le salaire tombe identique en fin de mois.
Bon, il n’y a pas de solutions miracles, chaque système a ses avantages et ses inconvénients.

Recent Comments by Jean-François GRANGER

Faut-il supprimer mutuelles et assurances complémentaires ?
On peut tout à fait imaginer, comme dans d’autres pays une obligation d’assurer tous les patients sans discrimination. Ca existe déjà.

http://fr.irefeurope.org/Pour-sauver-la-Securite-sociale-introduisons-la-concurrence,a3499

http://fr.irefeurope.org/Reformer-et-ameliorer-le-systeme-de-Sante-grace-au-prive-et-a-la-concurrence,a2586#conclusion


Faut-il supprimer mutuelles et assurances complémentaires ?
Il faudrait laisser le choix aux patients de s’assurer auprès de l’organisme de leur choix, privé ou public, pour une prise en charge au 1er euro, comme cela se pratique ailleurs en Europe. Donc fin du double système incompréhensible et ultracomplexe sécu + complémentaires, source de bugs à répétition. Donc fin aussi et surtout du monopole de « la sécu » i.e. l’obligation de cotiser à une caisse unique obligatoire selon le régime (indépendant, salarié, agriculteur, fonctionnaire, etc…). Comme pour l’automobile, le client compare les offres et peut en changer quand il le souhaite.