Pour ceux qui l’ignorent, les optométristes sont des opticiens qui, …

Comment on Faut-il déléguer certains soins médicaux à des personnels spécialisés ? by NP.

Pour ceux qui l’ignorent, les optométristes sont des opticiens qui, sur le modèle anglo-saxon principalement, réclament de pratiquer des actes d’examen de vue et de dépistage de pathologies, avant peut-être de revendiquer des activités de soins… Les optométristes, dans les pays où leur profession existe, sont des paramédicaux formés en partie en milieu hospitalier pour assurer tout ou partie du primary-care des soins oculaires. Ils peuvent avoir également des autorisations de prescription, plus ou moins larges, sur listes ou non. Aux US, cela dépasse le cadre proprement médical dans certains états où ils ont accès au bloc opératoire pour des chirurgies comme la chirurgie réfractive par exemple. Leur revendication revient parfois à avoir pratiquement l’activité d’un ophtalmo généraliste français.

Pour revenir à l’intervention de RogZ, le problème n’est pas la consultation concurrente. Le problème c’est la définition du cadre de l’examen, de la formation de celui qui le pratique, de l’encadrement réglementaire et économique de l’acte. Ces opticiens n’ont pas tous la même formation, ils n’ont aucune formation institutionnelle en milieu médical, ils revendiquent des actes pour lesquels ils ne sont pas formés et le cadre de l’activité qu’ils réclament n’existe actuellement pas, notamment sur le plan de la responsabilité.

En amont de cela, la question est la donc définition des soins primaires en ophtalmologie et qui doit les assurer: l’ophtalmo avec le MG, le MG seul, l’ophtalmo avec l’orthoptiste, l’orthoptiste seul, l’ophtalmo avec l’opticien, l’opticien seul, tout le monde sauf l’ophtalmo, un seul groupe au choix ?

Recent Comments by NP

Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?
La licence de boxe n’est pas délivrée en absence d’examen OPH incluant l’examen du FO au verres a 3 miroirs avec dilatation pupillaire.
C’est le premier motif d’incompréhension des impétrants qui viennent souvent le matin de leur premier combat pour avoir le sésame.
Le deuxième motif, qu’on leur explique autant que faire se peut avant examen, est que la consultation est non remboursée, avec facture, ce qui incite certains à anticiper ledit combat. Je plaisante à peine.
C’est la meme chose pour les arbitres de foot à partir d’un certain niveau, tous les 5 ans.


25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
Le C2 ne peut être appliqué que pour un avis, il ne peut être utilisé si le même problème justifie ou entraine des suites de soins par le spé. Comme je ne suis jamais sûr de ne pas revoir le patient pour ledit problème je facture très peu de C2, moins de 3/ semaine.


25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
Une remarque: depuis 25 ans que je suis installé je pense avoir un revenu assez stable, tout comme mon niveau de vie. Pour autant, je suis passé de 45-48h/ semaine à 60, 5 à 6 semaines de congés/ an, avec maintenant 5 feuilles de paie (3 à 3.5 équivalents temps plein) contre 1 et un CA triplé.
Je suis ophtalmo S1, médical, en zone semi-rurale.
L’activité d’une structure médicale libérale est une pyramide inversée dont la pointe est le médecin. Il s’arrête, tout s’arrête.


25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
NP Ophtalmo
C’est vrai mais la règle du 100+50+0 et la revalorisation des actes déconnectée de l’évolution des coûts (oui quand même) pondère beaucoup la chose.