Bonjour Jean-Marie En libéral ? Si oui, est-ce toi qui la …

Comment on Faut-il déléguer certains soins médicaux à des personnels spécialisés ? by Dominique Dupagne.

Bonjour Jean-Marie
En libéral ? Si oui, est-ce toi qui la rémunère ? Est-ce vraiment une délégation, ou un transfert ?

Dominique Dupagne Also Commented

Faut-il déléguer certains soins médicaux à des personnels spécialisés ?
La délégation obéit à un principe simple : ne pas gaspiller une formation longue et coûteuse pour des tâches qui ne nécessitent qu’une formation courte.

Par exemple, les radiologues ne font pas les radios, mais confient cet acte technique à des manipulateurs. Les dentistes ne font pas les prothèses et les confient à des prothésistes.

Il est même possible de considérer que le suivi d’une polyarthrite par un généraliste est une forme de délégation de tâche du spécialiste qui n’a besoin de voir le patient qu’une fois par an ou en cas de problème.

Cette délégation est donc parfaitement justifiée dans de nombreuses situations médicales.

Mais comme toujours, il faut tenir compte des effets de bord. Par exemple, la prescription de lunettes est l’occasion pour l’ophtalmologiste de prendre la tension oculaire et d’examiner la rétine. Difficile de former un opticien à ces gestes, il faudrait plutôt une profession intermédiaire entre l’opticien et l’ophtalmologiste.

Le principal écueil est tout simple : du fait du montant ridicule des honoraires médicaux en France, l’équilibre financier de l’exercice libéral n’est possible que grâce à des consultations simples et courtes de renouvellement de traitement ou de suivi. Si l’on souhaite néanmoins confier à des personnels de santé spécialisés le suivi routinier du diabète ou de l’hypertension, il faut alors augmenter considérablement les honoraires du médecin (d’au moins 50%) qui sera confronté à des consultations plus longues, faisant appel à sa formation complète et à son expérience.

Personnellement, j’y suis favorable. Mais penser par exemple que l’on peut déléguer le suivi de la contraception aux sages-femmes sans revaloriser la consultation à 23€ (ou 28€ chez le gynécologue) du médecin est une douce illusion. Donc, OK pour la délégation de tâche sur les suivis de routine, mais avec la consultation médicale qui passe à la moyenne européenne, c’est à dire 45€ (ce chiffre circule, mais je n’ai pas trouvé de source fiable).


Recent Comments by Dominique Dupagne

25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
Et donc pourquoi ne pas avoir voté pour le compteur suisse ?


Faut-il obliger les jeunes médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?
En fait, après en avoir discuté avec des médecins d’origine modeste ou rurale, leur réponse est que ce sont au contraire ceux-là qui veulent s’installer en ville, sur l’air de « je n’ai pas fait ces études pour retourner d’où je viens ».

Je pense que ce qu’il faudrait surtout, c’est permettre aux jeunes diplômés de « goûter » au rural plutôt que de s’installer directement, ce qui suppose une bonne dose d’inconscience.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
On a au moins une étude correcte, avec le vaccin contre le papillomavirus et son adjuvant aluminique http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0398762016000389

Augmentation significative du risque de Guillain Barré et de maladies inflammatoires de l’intestin. Dans l’absolu, cela fait peu de cas, mais il est donc impossible de dire que ce vaccin n’expose à aucun risque. (full text ici http://www.sciencedirect.com.sci-hub.io/science/article/pii/S0398762016000389 )

Le risque a pu être sous estimé par le refus de vaccination lié à une maladie auto-immune dans la parentèle.

Cela alimente la théorie « mesurée » : chaque vaccin expose à un risque très faible et doit donc apporter un bénéfice réel.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
Revenir aux sources est toujours précieux. La manie des autorités sanitaires de toujours vouloir enjoliver la réalité dessert en fait la vaccination en semant le doute dans le public.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
J’adhère à cette théorie. Qui n’enlève rien à l’intérêt de certaines vaccinations.