Je pense, une fois de plus, que le débat est …

Comment on Faut-il obliger les jeunes médecins à s’installer dans les déserts médicaux ? by furt11.

Je pense, une fois de plus, que le débat est mal posé.

1. Pourquoi uniquement les jeunes (sachant qu’il y a des remplaçants d’un certain âge – et qu’on est bien content de les trouver !) ?
S’en prendre uniquement aux jeunes médecins, c’est considérer qu’il y a une génération qui aurait droit à la liberté d’installation, au secteur 2, à une ASV avantageuse etc et une génération à qui il ne resterait plus aucun avantage et c’est inacceptable.

2. Qu’est-ce qu’un désert médical ? Réponse : C’est une région où l’on manque de médecins.
Prenons une seconde le problème à l’envers. Quelles sont les régions (ou plutôt les bassins de vie) où l’on ne manque pas de médecins ? Réponse : ce sont ces fameuses zones sur-dotées (ou « normo-dotées »), dont tout le monde parle mais que personne n’a vues !… et pour cause, elles n’existent pas – c’est un peu comme Alésia dans Astérix…
La réalité, que les pouvoirs publics tentent de dissimuler pour s’exonérer de leur responsabilité et incriminer les seuls médecins, c’est que tous les territoires sont touchés, pas seulement les zones rurales – j’ai lu hier que Paris intramuros a perdu 17 % de médecins généralistes en 6 ans.

Le problème de la démographie n’est pas un problème de répartition. C’est un problème de nombre (numerus clausus trop bas pendant 30 ans). C’est aussi un problème lié aux conditions d’exercice, aux tâches qui sont confiées aux médecins (faut-il avoir un diplôme de docteur en médecine pour délivrer un test Hémoccult après un questionnaire approprié ?), un problème d’insuffisance de temps médical en raison d’hyperinflation de la paperasserie et j’oublie encore d’autres composantes du problème.

Recent Comments by furt11

Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ?
J’ai mis environ 3/4 h à lire l’ensemble du texte et je crois que c’est absolument nécessaire si l’on veut comprendre l’ensemble des propositions de l’Ordre.
Il s’agit d’un travail de fond, important, qui n’a quasiment pas de lacunes et qui s’appuie notamment sur les résultats de la grande consultation, à laquelle 35 000 médecins, de tout mode d’exercice, ont répondu.
Il y a des choses discutables, bien sûr. Il y a des propositions qui pourraient aller plus loin, bien sûr aussi. Il n’empêche que si un ministre de la santé disait, en montrant le livre blanc « Je vais faire cela », je dirais « Chapeau bas » !
Je note que ce sont des propositions réalistes, opérationnelles, susceptibles d’être mises en oeuvre à court et moyen terme.


25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
Même objection que Dominique Dupagne. J’ajoute que cela tournerait très vite à l’usine à gaz…
Le problème, en tout cas pour la médecine générale, c’est qu’il n’y a qu’un seul C qui ne différencie pas les consultations longues et/ou complexes et les consultations plus « simples » (qu’un bon généraliste complexifie en la globalisant, comme aurait dit mon maître de stage). La tarification horaire est une forme de réponse à ce problème mais expose à des écueils : les patients seraient enclins à accélérer les consultations et passer sous silence certaines choses importantes et que faire du temps passé au téléphone pendant une consultation ?

Je crois pour ma part qu’Il faudrait trouver un système de paiement à l’acte, pas trop compliqué, qui tienne compte du contenu de la consultation, en quelque sorte une CCAM clinique … mais une CCAM clinique simple avec quelques lettres-clés qui puissent être cumulées, un peu sur le modèle de la cotation infirmière.

Cela paraît compliqué ? Cela ne l’est pas si l’on se débarrasse des cotations actuelles avec les majorations MPA, MNO, MGE, que l’on fait payer ou pas (les internes sont toujours stupéfaits quand je leur explique ces subtilités de la convention) et des forfaits médecin traitant ALD ou pas.

Une tarification uniquement à l’acte donc et dont le tarif est basé sur le contenu de la consultation et pas sur l’âge du capitaine.


Gratuité et tiers-payant pour les CMU…
Je n’ai pas les mêmes statistiques que Dr SKENAZI. La question subsidiaire n’est-elle pas « faut-il rétablir le secteur 2 ? ».


Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?
médecin généraliste.

Je pense exactement comme docteur du 16. C’est aux fédérations non seulement de payer les certificats et de détailler sport par sport ce qui est requis.
Je dirais même que les fédérations devraient avoir leurs propres médecins pour établir les certificats.


Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?
médecin généraliste