Le niveau d’études n’est pas un bon critère. Chez les …

Comment on 6000€ de revenus nets mensuels pour un généraliste libéral, c’est trop ou pas assez ? by Dominique Dupagne.

Le niveau d’études n’est pas un bon critère. Chez les chercheurs et les universitaires (hors PU) les salaires sont très bas.

Dominique Dupagne Also Commented

6000€ de revenus nets mensuels pour un généraliste libéral, c’est trop ou pas assez ?
Bonjour Wickers

Cette donnée (temps de travail) est en fait assez mal connue. La dernière synthèse sur le sujet l’estime à environ 55 heures : http://www.irdes.fr/Publications/Qes/Qes144.pdf

Cette durée de travail n’est pas très différente de celle du cadre disposant de revenus équivalents (et qui gère ses emails chez lui…). La grande différence est dans la productivité. Le libéral produit pendant plus de 90% de son temps de travail, alors que le cadre participe à des reunions inutiles, des dossiers sans suite, des injonctions de sa direction sans intérêt. Certes, nous nous en rapprochons avec les contraintes croissantes de notre tutelle, mais nous avons encore de la marge…

En fait, ce qu’il faudrait pouvoir comparer, c’est la rémunération de l’heure de travail directement productive…


6000€ de revenus nets mensuels pour un généraliste libéral, c’est trop ou pas assez ?
Je ne connaissais pas cet élément historique de protection des assurances. Avez-vous une source ?


6000€ de revenus nets mensuels pour un généraliste libéral, c’est trop ou pas assez ?
Bonjour,
L’histoire du gratuit est en fait assez amusante :
1) On crée la sécu pour tous, mais on a peur d’une surconsommation. On crée donc le « Ticket Modérateur » pour créer un frein à la consommation.
2) Pour lutter contre le frein, on passe au assurances complémentaires qui remboursent le ticket modérateur, puis à la CMU pour les autres.
3) Face à la surconsommation liée au remboursement intégral grâce aux assurances complémentaires, on crée les franchises.
4) Face à des difficultés d’accès aux soins (imaginaires pour la médecine) on crée le TPG.

C’est quoi la prochaine étape ? Et si on supprimait ce mille-feuilles pour revenir à un remboursement à 100% par l’assurance-maladie obligatoire, sans mutuelles, sans franchises, avec un TPG sur la part conventionnelle qui serait du coup très simple et une liberté d’honoraires et laissant le marché réguler l’offre au tarif conventionnel ? Mais on sort un peu du cadre de ce thème, je vais en créer un sur ce sujet.


Recent Comments by Dominique Dupagne

25 euros, le juste prix pour une consultation de généraliste ?
Et donc pourquoi ne pas avoir voté pour le compteur suisse ?


Faut-il obliger les jeunes médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?
En fait, après en avoir discuté avec des médecins d’origine modeste ou rurale, leur réponse est que ce sont au contraire ceux-là qui veulent s’installer en ville, sur l’air de « je n’ai pas fait ces études pour retourner d’où je viens ».

Je pense que ce qu’il faudrait surtout, c’est permettre aux jeunes diplômés de « goûter » au rural plutôt que de s’installer directement, ce qui suppose une bonne dose d’inconscience.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
On a au moins une étude correcte, avec le vaccin contre le papillomavirus et son adjuvant aluminique http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0398762016000389

Augmentation significative du risque de Guillain Barré et de maladies inflammatoires de l’intestin. Dans l’absolu, cela fait peu de cas, mais il est donc impossible de dire que ce vaccin n’expose à aucun risque. (full text ici http://www.sciencedirect.com.sci-hub.io/science/article/pii/S0398762016000389 )

Le risque a pu être sous estimé par le refus de vaccination lié à une maladie auto-immune dans la parentèle.

Cela alimente la théorie « mesurée » : chaque vaccin expose à un risque très faible et doit donc apporter un bénéfice réel.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
Revenir aux sources est toujours précieux. La manie des autorités sanitaires de toujours vouloir enjoliver la réalité dessert en fait la vaccination en semant le doute dans le public.


Faut-il remettre en cause la vaccination ?
J’adhère à cette théorie. Qui n’enlève rien à l’intérêt de certaines vaccinations.