Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ?

Le Conseil national de l’Ordre des médecins publie ce 26 janvier le résultat de sa Grande Consultation lancée depuis la rentrée auprès de la profession médicale et des institutions sanitaires.

Il aura fallu un mois au CNOM pour digérer l’information issue des rencontres physiques et traiter les 35 000 réponses au questionnaire détaillé qui avait été proposé en ligne à tous les médecins français.

Le résultat de cette analyse est contenu dans un livre blanc de 56 pages qui mérite d’être lu par toute personne qui s’interroge sur l’avenir de notre système de santé.

L’analyse et les recommandations du CNOM sont résumées sous formes de propositions, scindées en trois axes prioritaires :

1ere PRIORITE : Simplifier l’organisation territoriale des soins avec une gouvernance partagée entre acteurs et usagers

  • PROPOSITION N° 1 : Mettre en place un échelon territorial unique pour améliorer la coordination des soins
  • PROPOSITION N° 2 : Instaurer la démocratie sanitaire à tous les niveaux territoriaux
  • PROPOSITION N° 3 : Créer un portail d’information unique entre acteurs de santé et usagers au niveau de chaque bassin de proximité santé

2eme PRIORITE : Alléger et décloisonner l’exercice professionnel des médecins

  • PROPOSITION N° 4 : Redonner du temps médical aux médecins
  • PROPOSITION N° 5 : Mettre en place un système social protecteur et un mode de rémunération valorisant pour tous
  • PROPOSITION N°6 : Promouvoir et faciliter les coopérations inter et intra-professionnelles
  • PROPOSITION N° 7 : Simplifier les relations avec les organismes gestionnaires

3eme PRIORITE : Ouvrir et professionnaliser la formation des médecins

  • PROPOSITION N° 8 : Réformer le numerus clausus et la PACES pour une meilleure adaptation aux besoins des territoires
  • PROPOSITION N° 9 : Régionaliser la formation initiale et renforcer la professionnalisation du deuxième cycle à l’internat
  • PROPOSITION N° 10 : Renforcer la formation continue par la recertification

Je vous propose de cocher les propositions qui vous paraissent, à vous, prioritaires. N’hésitez pas à commenter vos choix pour faire avancer le débat.

Quelles sont les propositions du CNOM qui vous paraissent prioritaires ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

 

 

Commenter/Réagir

14 Commentaires à propos de "Que pensez-vous des propositions du Conseil de l’Ordre des médecins ?"


Invité
Bertrand B.
9 février 2016

J’ai parcouru, pas totalement en détail j’avoue, le livre blanc du CNOM. Comme à mon habitude, je me suis penché davantage sur les sujets de formation initiale et un peu moins sur le reste. Commençons par cela.

Sur la P8 : hérésie. La position associative (ANEMF, ISNI and co.) a tout dit là-dessus. J’ai commencé mes études il y a 20 ans maintenant. Je reste intimement persuadé que personne n’est apte à juger des potentialités que pourra développer un lycéen moyen à la fac quand il aura trouvé son sujet de prédilection. Surtout pas un prof de lycée, encore moins un conseiller d’orientation. Excusez moi, mais la plupart de ces gens là n’ont rien fait de leur vie, ne sont pas passés par des concours de folie. Ils ne savent pas de quoi ils parlent … Quant à un jugement par la profession, je me souviendrais toute ma vie de la première question du premier chef de service qu’étudiant j’ai croisé à l’hôpital : « que font vos parents ? ». Je ne me ferais même pas confiance à moi même pour me dire que je peux avoir des critères sélectifs irréprochables … alors pour les autres confrères …

Sur la P9 : J’accuse ouvertement le lobby généraliste d’avoir transformé la fac de médecine en boite à concours ! L’introduction des ECN est une CATASTROPHE intellectuelle, psychologique, pédagogique. Ce qui intéresse les étudiants, ce n’est plus la connaissance, c’est ce p*** de concours et ce qui intéresse les facs, c’est d’avoir la plus grosse (on en est là, il faut juste afficher le meilleur taux de placement de ses étudiants). Tout ça pour que ce bon lobby généraliste se satisfasse d’une égalité théorique avec les autres et puisse se dire universitaire. Bref, tout ce qui pourra casser cette mécanique sera la bienvenue. Il ne devrait plus n’y avoir qu’une compétition relative en post PACES (versus une compétition absolue actuellement) pour que la fac redevienne ce qu’elle doit être, pour que la formation clinique ne passe plus au second plan.

Sur le reste : le CNOM ne me semble pas réinventer grand-chose. On cherche à faire rentrer dans le moule des ajustements alors que, comme pour beaucoup de choses dans ce pays qui s’éteint, il faudrait TOUT casser et TOUT remettre à plat.
Il est vrai qu’il est peut-être inutile de faire des plans sur la comète cependant puisqu’il est probable qu’aucun homme politique n’aura le courage de faire quelque chose avant la prochaine révolution.
Nous devons pouvoir exercer notre profession dans des conditions normales, comme les autres professions libérales. Nous devons pouvoir être chefs d’entreprise, employeurs. Nous devons pouvoir voir un patient toutes les 20min, payer tout ce petit monde et avoir des revenus au moins équivalents à ceux d’un PH de même ancienneté pour un volume d’heure identique. Nous en sommes TRÈS TRÈS loin. Cette rentabilité n’est pas à 23€, ni même à 25€. Elle est plutôt à 45/50€ les 20 minutes.
Il y a 25 ans je visitais la Roumanie profonde avec mes parents. J’étais frappé de voir les médecins fonctionnaires sous-payés par un état les obligeant à se faire rémunérer en nature pour survivre ou à élever des cochons et compter sur le potager. Nous n’en sommes pas là. Mais où commence l’inacceptable ? Quand le surmenage organisé devient-il de la maltraitance ?

Et puis nous devons pouvoir être multi carte : nous devons avoir accès à la formation professionnelle. Pour le moment la seule perspective d’un médecin est de voir pendant 40 ans d’exercice les mêmes 4 murs. Aujourd’hui, soyons clairs : si 80% des jeunes médecins que je connais, généralistes en particulier, savaient faire autre chose que de la médecine, ils le feraient ! Soyons plus clairs encore : le jeune généraliste se fait chier. Faire de l’abatage le fait chier. Il n’a aucun horizon. La médecine générale de campagne, ce n’est ni plus ni moins que du travail à la chaine, intellectuel certes, sous pression multiple : patients, administratifs. Vous ne trouverez pas grand monde pour vous l’avouer en ces termes. Et toute la génération précédente qui n’a vécu que par et pour son métier s’offusquera de tels propos … Bel aveuglement par idéalisme dont on se demande jusqu’où il les poussera : certains sont déjà dans la tombe. La surpression sous couvert de métier passionnant empêche quotidiennement certains de voir leur premier jour de retraite.
Bref, il faut être clair : le problème c’est que le libéral a actuellement les fesses entre deux sièges : ni libéral par ses honoraires imposés souvent indécents, ni fonctionnaire alors qu’il fait de plus en plus un travail de paperasse pour le compte des tiers. On fera ce qu’on voudra, on amendera les choses comme on voudra, mais on ne peut s’épanouir dans un tel système paradoxal.
Je le disais, il faut TOUT casser dans notre domaine. Je crois même que c’est bien l’un des rares domaines où la jeune génération voudrait voir tout réinventer sans rien garder ! Mais il est probable que TOUT casse dans ce pays avant que quelqu’un n’ait eu le courage de le faire voir même de l’évoquer !

View Comment
Invité
Bertrand B.
9 février 2016

Je précise que je suis moi même médecin généraliste … certains points ne sont donc pas des attaques venant de l’extérieur contre ce groupe auquel j’appartiens !

View Comment
Invité
BARTHE Philippe
9 février 2016

Commentiare identique à mes confrères…
charabia sans queue ni tete , idéees de médecins pris dans le jeu des institutions, j’ai meme l impression confuse que la plupart de ces items ne sont pas de la compétence du conseil de l’ordre… Je vote pour la proposition 4 , le reste est digne de nos politiciens…

View Comment
Invité
furt11
6 février 2016

J’ai mis environ 3/4 h à lire l’ensemble du texte et je crois que c’est absolument nécessaire si l’on veut comprendre l’ensemble des propositions de l’Ordre.
Il s’agit d’un travail de fond, important, qui n’a quasiment pas de lacunes et qui s’appuie notamment sur les résultats de la grande consultation, à laquelle 35 000 médecins, de tout mode d’exercice, ont répondu.
Il y a des choses discutables, bien sûr. Il y a des propositions qui pourraient aller plus loin, bien sûr aussi. Il n’empêche que si un ministre de la santé disait, en montrant le livre blanc « Je vais faire cela », je dirais « Chapeau bas » !
Je note que ce sont des propositions réalistes, opérationnelles, susceptibles d’être mises en oeuvre à court et moyen terme.

View Comment
Invité
DB
30 janvier 2016

Commencer par abolir le droit des Conseils Régionaux à juger et condamner des confrères, sans aucune compétence juridique, avec des instruction à charge bâclées

View Comment
Invité
TRUCA Sophie
30 janvier 2016

il faudrait d’abord assurer une vraie couverture sociale aux médecins ( la carence de 90 jours sans indemnité pour arrêt maladie est particulièrement injuste quand les fonctionnaires eux n’en ont aucun!). Il faudrait aussi que les caisses, les mutuelles et le gouvernement cessent d’intervenir et d’exercer des pressions sur les médecins. Il faut engager le processus de défonctionnarisation de la profession et redonner plus de liberté d’exercice. Il serait aussi nécessaire de baisser les charges et les impôts -insupportables, démobilisateurs et stérilisateurs. Quant aux études qu’on cesse cette injustice qui consiste à autoriser des médecins étrangers à s’installer en France dans les mêmes conditions qu’un français qui lui a subi une forte sélection et un niveau de formation élevé.

View Comment
Invité
H.A
9 février 2016

TOTALEMENT EN ACCORD AVEC NOTRE CONSOEUR !.

View Comment
Invité
blanc
6 février 2016

la carence de 90 jours sans indemnité pour arrêt maladie est particulièrement injuste quand les fonctionnaires eux n’en ont aucun!)
voilà ce que trouve scandaleux
Retraitée ex éducatrice spécialisée cas sociaux

View Comment
Invité
Raybaud Hugues
28 janvier 2016

PROPOSITION N° 2 : Instaurer la démocratie sanitaire à tous les niveaux territoriaux…. j’adore mais kézako ???

View Comment
Invité
Gauthier
27 janvier 2016

Je pense que la priorité consiste à donner du temps médical aux médecins. La force des propositions suggérées par l’ordre des médecins s’établie sur les retours des médecins eux-mêmes !
C’est une excellente initiative, à mon sens, menée par l’ordre qui se rapproche des praticiens grâce à une action que nous utilisons quotidiennement : l’écoute. Il n’a certainement pas été facile de faire une synthèse de l’ensemble des revendications des médecins, cependant le fait est là : l’ordre sort de son activité strictement régulatrice et coercitive. Il faut bien qu’une institution soit le porte voix de la profession, à défaut de syndicat représentatif.

View Comment
Invité
Drdetempsentemps
27 janvier 2016

je n’ai pas mis les propositions 1 2 ou 3 car comme le DrDeGauche, et malgré mon envie, je n’y comprend rien !!!
à clarifier donc

View Comment
Invité
DrDeGauche
27 janvier 2016

DrDeGauche, MG : propositions 1-2-3 = charabia habituel. Quest-ce que ça veut dire en Français ?

View Comment
Invité
Dr MG
27 janvier 2016

J’avoue également à la lecture de cela ne pas bien comprendre les réelles propositions qui me semblent plus un charabia technocratique que de réelles propositions. Je ne sais donc pas quoi répondre. Redonner du temps médical aux médecins, tout le monde s’accorde la dessus depuis bien longtemps mais rien n’est fait dans ce sens, donc le proposer à nouveau me parait très « sophistique »

Peut être prendre la peine de lire les 56 pages comme le suggère Dominique Dupagne ?

Je crois malgré tout que notre système est devenu tellement complexe et le lieu de pouvoir qui nous dépassent, nous médecins qu’il n’y rien à « amender » mais faire table rase et refonder, ce qui est quasiment impossible et donc utopiste

View Comment