Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?

La rédaction de certificats de non contre-indication à la pratique sportive surcharge beaucoup les médecins en début d’année scolaire. Un tel certificat est actuellement légalement obligatoire pour tous les licenciés sportifs, pétanque comprise. Il existe un flou sur la nécessité de le renouveler tous les ans, flou qui se traduit en pratique dans les clubs  par « à refaire tous les ans ».

Cette obligation paraît souvent absurde. Dans d’autres pays, on demande simplement au sportif de certifier lui-même qu’il a fait le point avec son médecin sur son aptitude au sport pratiqué.

Il a été question récemment d’augmenter la durée de validité du certificat médical au delà d’un an. Certains médecins s’en sont réjouis, d’autres ont mis en avant l’intérêt de cette obligation pour réaliser des examens de dépistage chez des hommes jeunes qui consultent rarement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Faut-il alléger les exigences de certificats médicaux pour les sportifs ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Commenter/Réagir

54 Commentaires à propos de "Supprimer ou alléger les certificats sportifs ?"


Invité
F. Durand
23 février 2016

D’accord pour un examen annuel chez l’enfant pour le sport  » en compétition ». Plus mitigé sur le sport loisir, mais UN seul certificat annuel et non pas trois ou quatre (centre aéré, classe de neige, colo l’été etc). Et que les fédérations prennent leurs responsabilités en rendant accessible à tous y compris aux sportifs la liste des restrictions et contre-indications spécifiques ainsi que les contraintes propres à leur sport (vaccination hépatite B en boxe par exemple: difficile de trouver une Reco « opposable »). Qu’elles n’exigent pas la mention « surclassement  » obligatoire (vu au volley!), que les certificats pré-rédigés le soient correctement (rôle des médecins de Fédé?).
Qu’est ce qu’un sport d’ailleurs, puisque nous sommes amenés à signer des non contre-indications pour Fort Boyard, Koh Lanta, le mannequinat chez l’enfant…sans connaitre les pré-requis physiques (et mentaux) pour y participer.

View Comment
Invité
durr
18 février 2016

J’avoue ne pas avoir tout lu mais sans vouloir paraître moralisateur, personne ne cite ici les revenus apportés par ces certificats. Or c’est aussi le nerf de la guerre… Je trouve insupportable de faire un pseudo examen pour un certificat que je sais bidon par l’impossibilité de garantir quoi que ce soit. D’où ma recherche de légitimer cette dépense de santé en parlant effectivement prévention, vaccin, etc… Mais soyons honnêtes, après des vacances, un surplus d’activité n’est pas facile à refuser…

View Comment
Invité
Allieri
10 février 2016

Les anglo-saxons ne font pas de prévention spécifique, seulement de l’information « bien faite » avec incitation à checker les problèmes éventuels. Chacun choisit de consulter ou pas et il n’y pas plus de problème que dans les pays contrôleur. cqfd

View Comment
Invité
Allieri
10 février 2016

« … mais laissant au médecin le choix de les individualiser, … » sinon cela ne sera que paperasse supplémentaire…

View Comment
Invité
Barthe Philippe
9 février 2016

deux ans c est mieux , mais ne soyons pas hypocrites, cette surcharge de travail est parfois bienvenue…. Cela permet effectivement de faire de la consultation antitabac, de faire des Ruffier , prendre le temps de regarder les dos pour les depistages de scoliose e j en passe… ou parler de prevention ( hein Marilune on t a pas attendu…)…un moyen hypocrite de baisser le cout de ces consultations est tout simplement de l integrer dans le prix de la cotisation des clubs… Et cerise sur le gateau, Marilune ferait le cadeau d une defiscalisation de cet acte, ca lui couterait rien e cela sortirait du budget sécu , tout le monde serait content…sauf le licencié mais bon c’ est son souhait…

View Comment
Invité
abramovici
31 janvier 2016

Une des particularités de la médecine de premier recours en France est son intégration dans une ville un lieu un territoire , et la possibilité qu’un ensemble de mesures de santé individuelles aboutissent à une santé publique effective à la condition de coordonner les actions, et de valoriser la relation individuelle. Contrairement aux politiques des banques par exemple qui évitent que la relation humaine devienne un des éléments forts de la relation client, en changeant régulièrement les conseillers des clients, le médecin de premier recours peut devenir au fil du temps un réel atout pour la santé de la population, mais pour cela il est utile qu’il puisse réellement suivre au fil des ans une population relativement constante. Inclure le certificat de sport dans une visite systématique plus générale, disons annuelle pour les enfants par exemple et tous les 3 ans pour les adultes serait une mesure allant dans ce sens. Un certificat à la compétition, ou à un sport particulièrement à risque y serait éventuellement ajouté tous les ans. Il s’agit donc de proposer une réelle politique de consultation systématique, orientée sur des items généraux mais laissant au médecin le choix de les individualiser, et prenant en compte la santé mentale (prévention comme suivi).

View Comment
Invité
Marc Accadia
27 janvier 2016

Une histoire édifiante : une cousine me demande un certificat pour la natation (loisir adulte). Je lui fait un certificat de non contre-indication au sport, mais ce n’était pas suffisant. Il fallait préciser que c’était pour la natation ! J’ai quand même demandé des explications et il m’a été dit qu’il y a une spécificité : les oreilles.

Sachant que les problèmes tympaniques peuvent survenir à n’importe quel moment (et pas seulement en début de saison), ne devrait-on exiger un certificat pour chaque cours de natation ?

Sachant que n’importe qui peut avoir des problèmes tympaniques, doit-on demander un certificat pour toute personne entrant dans une piscine ? (Pourquoi faire de la prévention uniquement pour les personnes inscrites au cours de natation ?)

Le problème de la prévention, c’est qu’il n’y a aucune limite…

View Comment
Invité
Olivier61
26 janvier 2016

Responsabilité individuelle? de l’organisme sportif? du médecin?:
Je verrai bien une solution partagée, ou l’organisme serait responsable de délivrer l’information sur les risques spécifiques (ou non) de son « sport », avec au mieux un historique des accidents enregistrés. Aux individus de choisir de pratiquer (ou pas) sur la base de ces informations, et si ils le souhaitent de solliciter l’avis de leur médecin dans le cadre d’une consultation régulière (et singulière).

View Comment
Invité
lina silvera
26 janvier 2016

je suis d’accord avec mon confrère sur l’intérêt de profiter d’une demande de certificat pour faire du dépistage et de la prévention auprès de jeunes adultes qui ne consultent jamais car ils sont en bonne santé mais à ce moment là en faire une vraie consultation rémunérée de façon ad hoc par contre si c’est pour faire des certificats à la chaine au moment de la rentrée c’est inutile
autre question quid de la responsabilité du médecin s’il refuse de faire le certificat?
Médecin Salarié

View Comment
Invité
Bunel
25 janvier 2016

Medecin généraliste, réalisation d’un Passe-Sport annuel, qui ouvre droit à la pratique de tous sports usuels, y compris en compétition, excepté sports « particuliers »: plongée, parachutisme…( liste à définir)

View Comment
Invité
KUGENER Béatrice
25 janvier 2016

Béatrice, Pédiatre
Pour toutes les activités sportives de loisirs chez les enfants, ces certificats sont très hypocrites. Il n’y a aucune liste officielle de CI au sport de loisirs, qui est au contraire encouragé. Les enfants qui adorent les jeux de ballons vont fournir le même effort en jouant avec leurs copains que sur un stade de foot. Les parents devraient prendre la responsabilité de l’activité sportive de loisir qu’ils organisent pour leur enfant.
Il est très curieux qu’il faille un certificat pour aller dans un club privé et qu’il n’y ait aucune demande de certificat pour les activités sportives dans le cadre scolaire (mais uniquement des certificats d’inaptitude partielle ou totale).
Les certificats pour les activités de type « bébégym » etc… sont ridicules. A quand le jour où on nous demandera des certificats pour la musique et les arts plastiques….??
Pour les jeunes qui s’orientent vers la compétition, un suivi par un médecin du sport parait justifié.

View Comment
Invité
Bunel
25 janvier 2016

Si,si, ça existe… Certificat demandé pour pratiquer le chant en chorale

View Comment
Invité
Trinques
25 janvier 2016

Un examen annuel est à mon avis indispensable pour les jeunes, sans doute moins pour les adultes. Certains sports pourraient être dispensés de certificat…

View Comment
Invité
Dubois
25 janvier 2016

C’est très bien de faire un examen clinique complet tous les ans en dehors de tout contexte pathologique surtout cher le jeune de moins de 18 ans (contrôle de la croissance, de la vue, des vaccins, conseils de contraception…) et le certificat de non CI au sport en est l’occasion. Chez l’adulte, seules les activités sportives a risques me semblent devoir imposer ce certificat annuel, pas la pratique de la pétanque, du billard, de la marche simple…

View Comment
Invité
docteurdu16
26 janvier 2016

Cela ne sert à rien. C’est juste du vent.
Je préfère passer mon temps à m’occuper des malades (je n’ai pas assez de temps pour faire cela) que de pratiquer des actes sans valeur prédictive positive satisfaisante… Les discours de prévention ne sont pas inutiles, bien entendu, mais pourquoi le généraliste devrait-il se battre contre des moulins à vent que sont le tabac, mcDo, et la junk food en général ?

View Comment
Invité
Bunel
25 janvier 2016

Détrompez vous, j’ai demandé au medecin de la fédération de pétanque la liste des contre indications ??? Réponse : patient psychiatrique agressif (une boule de pétanque ou de billard, ça peut faire mal …), et dans ce cas là est-ce que la responsabilité du medecin signataire peut être mise en cause ???

View Comment
Invité
Formery Jean
25 janvier 2016

Oui, c’est le patient qui doit certifier son aptitude, comme aux USA pour les patients pratiquant des sports extrêmes ou réputés déraisonnables dans leur pratiques : ils ont à assumer leur risque sans le faire subir à la société.
Pour les mineurs un bilan annuel pris en charge par l’assurance maladie n’est pas abusif.
les autres patients pourraient jusqu’à 50 ans homme et 60 femmes subir un bilan tous les 2 ans, et par la suite subir un bilan annuel orienté selon les facteurs de risque vasculaires

View Comment
Invité
Sandrine M
25 janvier 2016

Je suis juste une maman, et je pense que les certificats tous les ans dont très bien pour les mineurs. C’est l’occasion de faire le point sur les vaccins, les pb de dos, etc. Même si je ne trouve ça pas très drôle à faire. Par contre, pour les adultes, je trouve ça trop. 1 fois tous les 5 ou 10 ans serait suffisant.

View Comment
Invité
FERRIEREs Laure
25 janvier 2016

MG
allonger la durée de validité d’un certificat médical mais surout proposer des visites annuelles de depistage, mesure poids taille… pour les enfants et tous les 3 à 4 ans pour les adultes comme pour le dentiste, avec invitation envoyée par la sécu.

View Comment
Invité
laurent-charles
25 janvier 2016

pourquoi ne pas prendre exemple sur la fede de plongée , c’est clair et l’avantage d’avoir été pensé par des pro de terrain ,accceptons de reconnaitre que nous ne connaissons pas toutes les conséquences de tous les vrais sports et que ceux ci soient pris en charge par la secu ;en revanche, que tous les certificats qui ne font pas partie de la liste des sports à risque et demandés par abus de pouvoir ( pour se deresponbaliser) soit à la charge de l’organisme (et donc hors secu) qui le demande ou du patient .aprés tout ce sont leurs problémes ;
effectivement ne confondons pas dépistage des risques liés à un sport en particulier et acte de prévention ; cela entend donc qu’il y ait aussi des consultations spéciales de prévention .à date fixes dans la vie .

View Comment
Invité
Georges
25 janvier 2016

GB MG Spé

Intégrer une rémunération forfaitaire dans les cotisation clubs, tout simplement

View Comment
Invité
Bénédicte DG
25 janvier 2016

le plus simple serait que les federations paient un medecin 1 journée faire les certificats de sports pour leurs adherents en fonction des exigences de chaque sport..apres nous en aurions toujours à faire à la charge des patients mais au moins les federations assumeraient cette exigence
apres il y a des ages clés..entre 6 et 10 ans/il ne se passe pas grand chose concernant les risques..que la necessité des certificats de sports soient l’excuse pour verifier que touyt va bien..c’est autre chose..si les federations avaient un med pour faire le certif:il peut specifier de voir le med traitant avant l’année qui suit..mais que la charge des certif ,leur exigence et la responsabilité que ces certificats engagent retombent sur nous ..trop lourds si on examine bien les exigences des federations

View Comment
Invité
R Noel
25 janvier 2016

R Noel generaliste
non aux certificat pour: danse de salon gym douce, gym chinoise , baby gym , théatre et autre activité farfelue
par contre pour les enfants une visite par an de dépistage : croissance poids, verification dos ,vaccins et examen complet n’est pas du luxe: conseils alimentaires, temps de sommeil etc ..
pour les vraiment sportifs aussi avec souvent un envoi en médecine du sport pour épreuve d’effort etc ..

View Comment
Invité
Rémi
25 janvier 2016

Rémi, anesthésiste-réa

j’ai lu des travaux qui indiquaient que l’examen clinique et l’ECG étaient intéressants pour dépister en première intention dans les sports « intensifs » le coût bénéfice avait été évalué aussi -> http://www.nfkb0.com/2014/12/09/depistage-des-pathologies-cardiaques-chez-le-sportif-entre-35-et-65-ans/

Je pense que l’EE est un examen coûteux en temps et en argent qui ne devrait pas sortir en première intention dans la conversation sur les certificats sportifs.

Disclaimer : je répète que je ne suis ni généraliste ni médecin du sport ni cardiologue

View Comment
Invité
Christian
25 janvier 2016

oui tous les 2 ou 3 ans selon le type de sport
et supprimer les certificats « farfelus « : école du cirque , baby gym , etc ….

View Comment
Invité
marie agnes
25 janvier 2016

Une consultation annuelle permet de faire le point (vaccins ,dépistages, addictions…) et que cette consultation dédiée soit prise en charge par la cpam n’est pas choquant.( on peut le considérer comme un acte de prévention et pratiquer une activité physique est reconnue comme bénéfique pour la santé )
Pour les patients bénéficiant de la cmu ou d’autres exonérations , qui le fait payer avec une facture à part?
Il faudrait bien repréciser à tous (médecins , patients, associations ) quelles pratiques nécessitent médicalement un certificat de non contre indication.
On pourrait imaginer un site avec un récapitulatif des contre indications spécifiques à chaque pratique sportive. Certaines fédérations le font sur leur site
Enfin , le questionnaire impliquant le patient pourrait être un élément intéressant .Il serait remis pour les clubs ou inclus dans les licences à remplir avant et à amener à cette consultation dédiée .

View Comment
Invité
Rémi
25 janvier 2016

Ok avec le fait que l’activité physique a montré de l’intérêt pour la santé. Mais je trouve normal que la consultation d’aptitude ne relève pas de l’assurance *maladie*.

Ensuite, je pense qu’il faut différencier la notion de dépistage de la recherche de contre-indication. Ca n’est pas la même chose.

Je comprends qu’il soit fréquent d’aborder plusieurs questions lors d’une même consultation néanmoins il y a selon moi assez à faire en matière de clinique et d’interrogatoire-discussion pour occuper un temps entier de consultation.

View Comment
Invité
Loustaunau
25 janvier 2016

Medecîn généraliste je pense qu’une visite annuelle pour les enfants et tous les deux pour les adultes permettraient de faire du dépistage , de la prévention

View Comment
Invité
Rémi
25 janvier 2016

Anesthésiste-réanimateur, triathlète et ancien pratiquant de sports aériens (parachutisme et aviation légère)
Selon moi, le pratiquant d’une discipline sportive n’a pas les moyens de jauger de son aptitude. Dans les sports que je connais, les blessures ostéo-articulaires sont mises en avant de façon disproportionnée et un malaise à l’effort sera considéré comme une broutille en disant : « c’est normal je flirtais avec mes limites »
Pour moi et d’après la littérature sur ce sujet que j’affectionne, il faut voir l’ado entre 12 et 15 ans pour un examen clinique et un ECG. Ensuite, on pourrait établir des grilles selon le risque des sports (en se basant surles stats de morbi-mortalité « évitables », je veux dire par là sans tenir compte des traumas graves, chutes, accident) pour faire un examen clinique avec des questions obligatoires (PA, syncope, palpitations, douleur thoracique ?) et un ECG tous les 2 ans au plus strict et 5 ou 10 ans ensuite selon le sport et le patient.

View Comment
Invité
furt11
25 janvier 2016

médecin généraliste.

Je pense exactement comme docteur du 16. C’est aux fédérations non seulement de payer les certificats et de détailler sport par sport ce qui est requis.
Je dirais même que les fédérations devraient avoir leurs propres médecins pour établir les certificats.

View Comment
Invité
corinne
25 janvier 2016

médecin généraliste dans le 14
tout à fait d’accord avec le fait que les fédérations devraient avoir leurs propres médecins pour les certificats ,et ce , afin d’éviter pour le MG d’être en porte- à -faux avec son patient à qui on est parfois obligé de ne pas accéder à sa demande et qui ne comprend pas pourquoi on lui refuse ce papier alors qu’il a payé quand même 23 euros !!…..

View Comment
Invité
Julie
25 janvier 2016

Médecin généraliste, je propose une visite annuelle, à date anniversaire, qui permettrait de faire de la prévention et du dépistage, et entre autres de rechercher une contre-indication à la pratique sportive en générale. Cela permettrait 1/ de toucher tout le monde, y compris ceux qui ne font pas de sport 2/ d’éviter l’afflux de demandes au mois de septembre pour les répartir tout au long de l’année.

View Comment
Invité
Olivier61
26 janvier 2016

Pas d’avis définitif sur cette proposition (on impose bien une visite systématique tous les 2 ans aux voitures) mais aspect inflationniste à considérer: pour (environ) 6000 généralistes en exercice en France, ça ferait (à peu prés) 1000 consultations « de routine » par an et par médecin.. »Chiffre d’affaire » (brut) de l’opération: environ 1.500.000 € (à 23€ la consultation).. Mais pourquoi pas dans un système à l’anglaise de médecin généraliste salarié..
Et principe à décliner (fréquence différentes?) aux dentistes? ophtalmo? gynéco?..

View Comment
Invité
furt11
25 janvier 2016

médecin généraliste

View Comment
Invité
Sophie
25 janvier 2016

Un bilan général tous les 2 ans est largement suffisant en l’absence d’élément intercurrent.
Et d’autres certificats sont tout aussi inutiles :en septembre j’ai du faire un certificat d’aptitude physique,intellectuelle et culturelle…. à faire du théâtre !! Et ceci pour une enfant de 8 ans ..

View Comment
Invité
docteurdu16
24 janvier 2016

Les certificats médicaux pour les sportifs sont une arnaque absolue.
D’abord, ils sont en théorie non remboursables et ils sont en pratique facturés à la CPAM.
Ensuite, ils participent des pratiques sottes de l’Eglise de Préventologie (et de Dépistologie, ce qui n’est pas la même chose) que nous dénonçons partout.
Ils mettent en jeu la responsabilité des médecins alors qu’il s’agit d’un jeu de dupes puisque la VPP de ces examens est quasiment nulle.
Responsabiliser le patient est une façon inélégante de botter en touche.
Est-ce que voir un enfant une fois par an paraît superflu ?
Est-ce que voir un adulte une fois par an n’est pas excessif en l’absence de symptômes ?
Donc : faire payer par les fédérations un certificat au rythme qui leur convient me paraît une solution facile pour faire disparaître ces certificats.
Bonne journée.

View Comment
Invité
Rémi
26 janvier 2016

Rémi, anesthésiste

Je pose sans troller la question : faut-il laisser tomber le problème car il ne concerne que 1000 morts (morts subites) par an en France ?

Ca peut-être un choix mais je ne suis pas personnellement de cet avis.

View Comment
Invité
Marc Accadia
26 janvier 2016

Voilà bien une preuve que les certificats n’empêchent pas les morts subites. Et comment le pourraient-ils ?
Dans le sport loisir, la balance bénéfice/risque est largement favorable. Laissons les gens pratiquer sans que la médecine ne mette son nez là-dedans. Je ne parle pas des sports avec compétition ni des sports à risque qu’il faut encadrer…
Je signale, au passage, que c’est ce que nous propose la Loi en rendant obligatoire un certificat uniquement à la première inscription…

View Comment
Invité
Rémi
26 janvier 2016

1) La compétition revient trop souvent dans les propos. Le sportif peut aller très loin dans l’effort seul face à lui même. Le problème ne se résume pas à compét/pas compét

2) L’article que j’ai cité dans un autre commentaire montre que chez un peu moins de 800 sportifs aguerris, la clinique et l’ECG trouvaient 3% de pathologies justifiant d’aller plus loin. Il y avait 3 sportifs pour qui des pathologies vraiment sévères (CMH, coronarien) ont été diagnostiquées leur contre-indiquant leur sport. Est-ce que ce nombre est trop petit pour justifier exam clinique+ECG tous les 2 ou 5 ans (ou que sais je) chez ceux pratiquant une activité intense ?

3) Est-ce que vous voulez dire que plutôt que d’imposer un passage par chez le médecin, c’est au sportif de décider s’il veut un feu vert médical ? Si oui, je comprends cette idée mais je pense qu’il peu y avoir un rebond de morbidité car je vous répète que les sportifs qui sont le plus dans l’intensité sont régulièrement ceux qui écoutent le moins des symptômes fussent-ils sévères.

4) Cette idée de certificat à la première inscription dans un sport (avec ciblage selon l’intensité j’imagine) parait séduisante à première vue. Néanmoins, les accidents cardiaques sévères arrivent souvent chez des gens qui ont des années de pratique derrière eux (moyenne d’âge mort subite = 46 ans). Je pense qu’il faut encourager des contrôles réguliers.

je rajoute en passant qu’aux USA où le certificat médical comme nous l’entendons n’existe pas, ils font le même débat dans l’autre sens

View Comment
Invité
Rémi
26 janvier 2016

Salut,
je comprends la problématique de la Dépistémologie. Vous, Twitter et tout ce que tu sais qui entoure ça me l’ont appris à propos du cancer. Et pour ma part, je me bats tous les jours contre les examens inutiles avant une anesthésie (mais je sais que si un truc se passe, nous sommes là pour le prendre en charge à l’hôpital)

Et je reconnais que vous avez des arguments qui font mouche.

Je modère juste votre enthousiasme quant au fait que le sportif prend les risques en son âme et conscience. Je serais capable de dire ça de ma pomme avec la culture que j’ai sur le sujet (et j’ai des antécédents cardios…) mais pour fréquenter bon nombre de sportifs d’endurance je peux vous dire qu’ils se croient peu ou prou TOUS protégés par leur hygiène de vie et qu’ils modèrent beaucoup leurs symptômes.

Ce qui m’embête avec la mort subite c’est :
1) les premiers secours civiques en France c’est de la crotte, c’est inexistant
2) la moitié des cas surviennent au milieu de nulle part où il est bien compliqué de mettre en oeuvre ce qui faut
3) un ECG pour rechercher des stigmates de CMH, Brugada et autres à l’adolescence et tous les X années à l’âge adulte ça me parait un bon compromis en matière de coût/bénéfice/risque de surdiagnostic pour le patient
4) C’est quand même typiquement le genre de sale-maladie-pas-de-bol où la médecine a peut-être son mot à dire ? le gars qui a une CMH idiopathique on ne peut pas dire qu’on sent venir le problème à des kilomètres à la ronde à cause de son environnement ou de son mode de vie…

View Comment
Invité
docteurdu16
26 janvier 2016

Bonjour Rémi.
Je suis d’accord pour dépister Brugada, WPW et autres mais j’en suis incapable en tant que MG. Envoyons donc tout le monde chez le cardio. Impossible.
Donc les examens bidons chez le MG et sans ECG ne servent à rien : supprimons les, ce qui ne résoudra pas le problème des morts subites.
1000 morts subites, c’est 200 fois plus de morts que la rougeole avant l’obligation vaccinale, est-ce donc raisonnable de ne rien faire ?
Je pose une vraie question.

View Comment
Invité
Rémi
28 janvier 2016

(HS on) C’est dingue que nous ayions des ordinateurs dans nos poches hyperpuissants pour jouer à Candy Crush et qu’il n’y ait pas de techno plug and play pour l’analyse de l’ECG(HS off)

View Comment
Invité
Marc Accadia
24 janvier 2016

Voilà une solution simple, mais j’imagine une conséquence qui ne sera pas la disparition des certificats : les fédérations vont augmenter les cotisations des adhérents. Elles ne seront donc pas touchées là où ça fait mal… Mais cela permettrait déjà de résoudre le problème de la prise en charge financière par la Sécu, comme c’est bien sûr le plus souvent le cas actuellement, de cette « arnaque absolue ».

Ou alors, il faudrait communiquer largement au niveau national pour bien faire savoir que ce surcoût n’est absolument pas obligatoire selon la loi… Bref, il faut responsabiliser les fédérations… qui sont effectivement responsables de cette gabegie de temps (des médecins autant que des licenciés) et d’argent, en cherchant toujours à se « couvrir »… adeptes inconditionnels qu’ils sont de l’Eglise des Problèmophobes.

Je voudrais faire encore une remarque. Responsabiliser le patient serait une manière inélégante de botter en touche… Mais le déresponsabiliser, est-ce vraiment élégant ?

View Comment
Invité
Marc Accadia
23 janvier 2016

Salut Dominique,

J’ai bien lu ta remarque sur le flou de la loi concernant les CNCI (dans la rubrique « proposer un sondage »)… C’est vrai qu’en étant aussi floue cette loi ne rime à rien… et j’ai bien peur qu’on n’en sorte pas s’il faut compter sur une interprétation intelligente des textes par l’humain baignant dans une société comme la notre (où l’on a peur de tout… en évitant surtout de prendre des responsabilités !)

Il y avait eu du nouveau avec une circulaire « relative à la rationalisation des certificats médicaux » que j’avais commentée ici : http://marc.accadia.free.fr/blog/?p=1060 (tu peux commencer au 3e paragraphe).
Pour la circulaire du 27 septembre 2011, en lien dans le texte, tu peux aller directement aux 4 derniers paragraphes qui concernent les certificats pour la pratique du sport…

Au passage, bien d’accord avec le commentaire de Dr MG !

View Comment
Invité
Sophie Prévot
25 janvier 2016

Dr MG remet en cause l’intérêt des vaccins et de la « prévention » en général. Tout n’est pas à mettre dans le même sac, les données existent pour parler des millions de morts évitées grâce aux vaccins, de l’intérêt du frottis. Les données existent aussi pour montrer l’absence d’intérêt des mammographies de depistage et des prises de sang « bilan annuel » chez les bien portant.

View Comment
Invité
Maubiouss
23 janvier 2016

Médecin généraliste. Je suis du meme avis que doclili: validité à moduler selon l’age.
Pour les sports à risques particuliers ( boxe par ex) il suffirait que la fédération produise un certificat sur lequel les CI sont mentionnées( ca existe pour la plongée).
Et supprimon les certifs débiles pour des activités comme la peche à la carpe , la randonnée pédestre, le billard ou l’aeromodelisme ( j’ai défa fait pour tout ça….)

View Comment
Invité
Doclili
23 janvier 2016

Médecin généraliste
Avant 18 ans : tous les ans
Entre 18 et 50 ans : 2 à 5 ans
Après 50 ans : 1 à 2 ans selon le sport et le niveau

View Comment
Invité
Dr MG
23 janvier 2016

Je pense que tout est fait aujourd’hui pour déresponsabiliser le patient.
Or chacun doit se prendre en charge.
Donc une attestation comme aux EU me parait une solution pertinente .

Quand je lis que ce certificat permet de faire le point sur sa santé comme pour un garagiste, je rappelle que l’humain n’est pas une machine.
Je pose alors la question pour des personnes bien portantes : quelle preuve a-t-on de l’intérêt d’un bilan sanguin annuel ? Quelle preuve a-t-on de l’intérêt de la grande majorité des dépistages ? Quelle preuve a-t-on de l’intérêt de toutes les vaccinations recommandées ?

Par contre, on a la preuve que faire que quelqu’un en bonne santé un patient, ne lui rend pas service mais apporte beaucoup d’intérêt au corps médical .

View Comment
Invité
Elie Arié
22 janvier 2016

(cardiologue retraité) Le certificat global n’a aucun sens, chaque sport a ses contre-indications propres qui n’en sont pas pour un autre ( combien de médecins savent-ils que la boxe expose à des décollements de rétine, et qu’il faudrait un examen ophtalmo avant de certifier l’aptitude ?); ces certificats ne devraient être délivrés que par des médecins du sport, qui connaissent les risques et les contre-indications spécifiques de » chaque sport.

View Comment
Invité
NP
29 janvier 2016

La licence de boxe n’est pas délivrée en absence d’examen OPH incluant l’examen du FO au verres a 3 miroirs avec dilatation pupillaire.
C’est le premier motif d’incompréhension des impétrants qui viennent souvent le matin de leur premier combat pour avoir le sésame.
Le deuxième motif, qu’on leur explique autant que faire se peut avant examen, est que la consultation est non remboursée, avec facture, ce qui incite certains à anticiper ledit combat. Je plaisante à peine.
C’est la meme chose pour les arbitres de foot à partir d’un certain niveau, tous les 5 ans.

View Comment
Invité
Sophie MG
25 janvier 2016

En effet il est embarrassant de délivrer un certificat de non contre indication pour des sports dont on ne connaît pas bien les risques spécifiques. Si on veut réellement prévenir les problèmes au sportif, on doit au moins lui donner une liste de risques et CI à rechercher. Sinon c’est une formalité hypocrite. Mais c’est l’occasion comme dit Julie de parler d’autre chose, dont les vaccins, le travail avec la prévention du burn out, les MST. En somme ça reste une CS fourre-tout un peu auberge espagnole. Pas très rigoureux pour le sportif mais pas si mal pour l’individu.

View Comment
Invité
julie, médecin généraliste remplaçante
22 janvier 2016

cette consultation est aussi souvent le faire le point sur les dépistages, les vaccins, les ptits trucs qu’on aurait pas dit autrement mais comme on est là on y pense, la croissance… alors elle pas si mal cette consult finalement non ? j’aime bien les parallèles médecins et garagistes : ma voiture je l’emmène tous les ans chez la garagiste, par précaution, mais mon corps je ne lui offre pas la même attention…

View Comment