Pourquoi êtes-vous opposé au Tiers Payant Généralisé ?

Ce thème est destiné aux médecins qui sont opposés au Tiers Payant Généralisé (TPG) c’est-à-dire à l’obligation faite aux médecins de ne pas demander d’honoraires à leur patient, mais directement à l’Assurance-maladie et aux assurances complémentaires. 

Pourquoi êtes vous opposé au principe du Tiers Payant Généralisé ? (plusieusr réponses possibles)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

23 réflexions au sujet de « Pourquoi êtes-vous opposé au Tiers Payant Généralisé ? »

    1. Thierry

      Je veux pas être payé par la CQ organisme déficitaire et mal géré, payé en fonction de la politique du moment ou de la proximité d’un prochain Pflss.
      Solution 1 deconventionnement
      Solution 2 assurance maladie européenne hors CQ
      Ou mieux, 1+2

      View Comment
      Répondre
  1. Thierry

    Ex Kiné. La question du TPG est liée à la faible capacité des patients à avancer l’argent. Ce n’est qu’une façon de masquer la glissade vers le déclassement social et financier des français. Dans les années 60 certains médecins n’étaient pas conventionnés et le fait de régler la consultation ne se posait pas. Le TPG est à mon sens un dispositif valable pour autant que le triptyque assuré/financeur/producteur de soins soit cohérent (cas des systèmes de santé publics financés exclusivement par impôts

    View Comment
    Répondre
    1. NURENI BANAFUNZI

      Cher Confrère,
      Le tiers payant ne rend pas la consultation gratuite. Un tiers paye. Le patient qui est un assuré cotise.
      Rien n’empêche une information sur le coût de la consultation en particulier et de la santé en général.
      Plusieurs rapports montrent que les actuels bénéficiaires du tiers payant (CMU et AME) ne consomment pas plus de soins sauf au cours de la première année en rattrapage des soins.

      View Comment
      Répondre
  2. DrDEGauche

    @DrDeGauche, médecin : parce que c’est une mesure purement démagogique, visant à cacher les vraies raison de la Loi Santé : la privatisation inéluctable de l’assurance maladie. Tiers payant généralisé, puis glissement progressif vers une prise en charge de plus en plus importante pas les assureurs complémentaires, qui demandent à participer aux négociations conventionnelles, puis prennent le pouvoir totalement. Il n’y a aucune renonciation aux soins actuellement (sauf pour ce qui n’est pas remboursé, vue, audition). En cas de pb social, il existe la CMUc et l’AME. Il existe aussi les PASS (obligatoires dans tous les hôpitaux). Il y a surtout tous les médecins généralistes qui soignent dans tous les cas, AVANT de demander si le patient peut payer !

    View Comment
    Répondre
  3. Morgan

    Le tiers payant, qu’il soit appliqué à l’officine ou en médecine de ville rend aveugles les coûts associés au domaine de la santé.
    Le patient consomme (1er RDV chez un MG, puis 2ème RDV pour se rassurer…) sans rendre de compte et sans limitation. Inéluctablement, cela pousse à la surconsommation et va à l’encontre de la maîtrise des coûts qui est recherchée actuellement par le gouvernement.
    Comment prévenir cette dérive prévisible ?

    Du côté médical, cela ne peut que renforcer l’effet de demande induite qui implique également une surconsommation médicale puisque le patient n’avance plus les frais. Le médecin est donc encore plus libre, de faire revenir le patient de manière justifiée ou moins justifiée.

    Au final, des deux côtés le tiers payant généralisé induit des effets indésirables.

    À mon sens, le tiers payant généralisé aurait dû être accompagné d’un autre outil permettant de limiter les surconsommations de soins induites.

    View Comment
    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Pour lutter contre la surconsommation liée au patient (qui me paraît improbable) Marisol Touraine a conservé les franchises, qui seront donc récupérées par prélèvement sur le compte du patient. On n’a pas fini d’en parler.

      View Comment
      Répondre
      1. ENRIONE-THORRAND

        MG à GRENOBLE
        Le TP doit être réservé uniquement à ceux qui en ont besoins et pas aux autres. Le paiement l’acte n’a pas été la règle pendant de longues années avec naturellement un TP quand nécessaire. Le TP était la plupart du temps un acte gratuit

        View Comment
        Répondre
  4. COURTALHAC

    1°)Parce que cela modifie la relation de soin plus profondément qu’on ne le pense.
    Pseudo gratuité pour le patient. Qui fait de lui un ayant droit (il cotise) dans le terme le plus fort qu’il soit.
    Les évolutions antérieures: il venait pour se soigner. Puis il est venu pour obtenir le remboursement de ses médicaments. Puis pour obtenir le certificat d’arrêt de travail et les différents « papiers » liés aux divers certificats. Puis pour obtenir le mot de passe (le « courrier » qui permet le remboursement de la consultation spécialisée qu’il a décidé d’avoir et non plus que nous lui proposons, pour des motifs que nous savons éventuellement prendre en charge).
    Et maintenant, il croit que tout sera gratuit chez le docteur (ce qui est faux). Et va encore modifier sa perception du médecin, en particulier généraliste.
    Je me rappelle de cette phrase alors que j’ai exercé quelques années en secteur 2: vous coûtez plus cher, cela veut bien dire que vous êtes meilleure. Dans une relation de soin, de confiance, de conseil et d’accompagnement, que voudra dire « être gratuit »?
    On peut craindre un : « C’est gratuit docteur, donc çà ne vaut pas grand chose »
    Ou encore plus: « C’est gratuit, docteur, donc aujourd’hui je voudrai… une très longue liste de prestations »
    2°)Parce que demain, ce sera la main mise des assurances privées sur l’exercice de ce métier et que leur but premier est de générer de l’argent sur la santé (indispensable si elles veulent survivre dans un monde entrepreneurial et dominé par les finances) et non pas d’assurer la meilleure santé possible.
    Je serai pieds et poings liés par ce système. Je serai très intéressante pour eux, bien moins payée que mes confrères européens.
    Et, en tant que patiente, j’aurai sans doute des contrats de plus en plus chers avec des prestations qui diminueront bien plus qu’avec la sécurité sociale (organisme public qui introduit une notion de solidarité face à la maladie et non de compétition face à la santé).
    Qui choisit d’être malade?
    Qui choisit un tel système?
    Pas moi, ni en tant que médecin, ni en tant que patiente potentielle.

    View Comment
    Répondre
  5. georges Lorenzo

    En plus de la totalité des items, je rajoute celui de l’infantilisation de masse de la population française :
    – qui ne sait plus ce que coûtent les choses tant il y a de soldes, forfaits et subventions (les réseaux de soins aggraveront la situation)
    – qui se croit des droits et plus du tout de devoirs (gratuité aidant)
    – qui entasse avec la plus grande mauvaise foi les motifs de consultation dans une C à forfait unique et fixe et sous-évalué.
    – qui se fait plumer à son insu de part les augmentations de charges, impôts et mutuelles obligatoires, enfumée par le rideau opaque et démagogique de « vous le valez bien »
    – Liste non exhaustive à continuer par ceux qui ne regardent pas que la télé ou les journaux subventionnés.

    View Comment
    Répondre
  6. jc moradei

    D’abord POURQUOI LE TIERS PAYANT GENERALISE : pcq certains français renonceraient aux soins pour le coût trop élevé de la consultation ??? De qui se moque-t-on ? : Les Cmu et Ame, ne payent pas, les patients que nous connaissons pour être dans la gène ne payent pas (soit tiers payant ALD soit tiers payant mutuelle, soit tiers part obligatoire soit acte gratuit) en quoi 30€ et à fortiori 23€ serait une gène pour un coiffeur, un notaire, un enseignant, un avocat, un commerçant, ou n’importe quelle personne qui gagne sa vie régulièrement.
    Donc cet argument est fallacieux et mensonger et cache forcément une autre vérité … j’aime pas aller quelque part pour un faux prétexte … j’ai peur de ce qui va m’attendre (bien que je l’imagine assez).

    Quand le tiers payant sera généralisé nous serons véritablement des tâcherons, c’est à dire payés par un employeur à la tâche, dans notre pays si soucieux du droit des travailleurs qui sacralise le CDI nous serons tous des tâ-che-rons (méditez mais c’est la réalité) …

    J’accepterai à la limite de ne pas être payé par le patient et d’être salarié mais le principe du tiers payant est réellement une grosse daube et nous en pâtirons forcément sans parler des dérapages;

    View Comment
    Répondre
  7. Desmarescaux

    2,5 mois pour que le changement de régime soit effectif chez les bisaisonniers, soit près de 5 mois par an de flottement. Données sur espace pro non fiables, MT non connu par le patient et non désigné par Espace Pro : est il dans ma ville ou loin?? je dois savoir et le patient n’en sais rien. Si la sécu se trompe ou si c’est moi , par ignorance, il me faut revois ma copie.Avec les sécus c’est comme avec les antibiotiques, c’est pas automatique…Cartes vitales 2 (fabriquée en inde depuis juin 2012) émises pendant plus de 3 ans à l’epoque, non lues par espace Pro pendant 5 mois…

    View Comment
    Répondre
  8. Régine Noel

    R Noël generaliste
    Nous sommes déjà tellement considérés comme service public que cela va être encore pire. Si on ne nous paye plus nous n’aurons plus aucune considération ni respect de la part des patients.
    De toute façon ils acceptent de payer pour leur santé et le bon médecin est celui qui prend cher : voir le succès des consultations privées à l’hôpital public

    View Comment
    Répondre
  9. Dubois

    Le tiers payant est un faux problème, le patient est généralement remboursé de sa consultation avant que son chèque ne soit déposé à la banque.
    La loi sur le tiers payant un un passage obligatoire pour appliquer l’idéologique politique socialiste en matière de santé (idéologie dévoilée dans les années 80)…des dispensaires (maisons médicales), la perte du choix de son médecin traitant au « profit » d’une équipe soignante de paramédicaux plus ou moins chapeautés par un médecin généraliste….le tout payé forfaitairement par la sécu et les mutuelles en fonction de la pathologie prise en charge et bien sûr codifiée (CIM-10 et autres…).
    Cette idéologie se met en place très progressivement grâce aux lois et aux conventions médicales signées par des syndicats traîtres à la profession libérale.
    même si le conseil constitutionnel refuse le TPG sur la part complémentaire, Marisol T a raison de se satisfaire car première étape est passée…le politique n’est pas pressé…l’alternance présidentielle faisant, les socialistes reviendrons au pouvoir et ferons passer le reste de la loi dans quelques années.
    Tout est fait également pour dégoûter les jeunes de l’exercice libéral au profit du salariat…c’est voulu !!!

    View Comment
    Répondre
  10. abramovici

    essentiellement car les devoirs du tiers sont insuffisants en regard de ceux du médecin, et que s’agissant d’une convention de droit privé, le tiers payant fragilise un peu plus la position des représentants des médecins lors du renouvellement de la convention.

    View Comment
    Répondre
  11. leroy

    La raison invoquée par la Ministre pour la mise en place du TPG serait l’accès aux soins. Hors dans mon cabinet médical en milieu social défavorisé, je ne constate pas de problème d’accès aux soins, mes patients ont l’AME, la CMU ou bien je leur propose déjà le tier-payant sur la part obligatoire (qui cela est vrai peut ne pas m’être payer ou même refuser par la CPAM), il reste alors à leur charge 6,90 ce qui est convenable pour un faible revenu, sinon les centres de santé sont la pour ceux qui sont sans ressource.
    D’autre part, je pense que le fait de dispenser l’avance des frais, incitera d’autant plus certains patients à venir consulter dès le début des symptômes de type rhinite ou fatigue et ainsi surcharger d’autant plus les consultations qui ne le serait pas ene l’absence de ce comportement sachant que les symptômes disparaissent en 3 jours généralement. Je le remarque déjà volontiers avec les patients CMU qui consultent à chaque épidémie virale dans le 1er ou 2ème jours des symptômes en l’absence de fièvre. De même pour les patients partants en voyage et venant faire le pleins de médicaments avant de partir la consultation est remboursée par la sécu (ne comptez pas sur moi pour être garant du bon usage de la sécurité sociale par ses utilisateurs, je n’ai pas 10 minutes de discours à consacrer par patients, c’est le rôle de la sécu de responsabiliser ses utilisateurs).

    View Comment
    Répondre
  12. Patmet

    Je fais déjà beaucoup de 1/3 payants sans qu’on ait eu besoin de me le dire. A une époque, certaines CPAM le refusaient !! Par contre je ne veux pas passer mon temps à contrôler les remboursements des mutuelles , d’ailleurs cela n’est pas passé devant le conseil constitutionnel.

    View Comment
    Répondre
  13. camatte

    Le 1/3 payant est déjà pratiqué par les opticiens , les pharmaciens , les transports médicaux et les hôpitaux publics, de « dispensaires ou maison de soins  » : retour d’expérience ? combien de factures impayées , de déficits ?

    View Comment
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *